Découvrir le territoire

Découvrir le territoire

Entre la terre et la mer

Situé en Région Bretagne, au Nord du Département d'Ille-et-Vilaine (35), le long de la Baie entre Saint-Malo et le Mont-Saint-Michel, le territoire de la Communauté de communes représente 138 km², et compte 14 740 habitants au 1er janvier 2013 (population totale légale 2010 - INSEE).

Sa façade maritime avec Cherrueix et le Vivier-sur-Mer, alterne avec un paysage à dominante rurale. Le marais, terres gagnées sur la mer grâce à l’édification de la Digue de la Duchesse Anne, sert de zone tampon entre la frange littorale et le « terrain », paysage de bocage situé plus au Sud. Forte caractéristique du territoire, Mont-Dol, est une commune étonnante pour le voyageur. La ville-centre est Dol de Bretagne.

La Baie depuis Cherrueix

La Baie depuis Cherrueix

  • TGV

    TGV

    Un territoire bien desservi par des infrastructures de qualité :

     - Des axes stratégiques tant pour le tourisme que pour le transit routier :

    Un réseau routier bien développé avec la RN 176 (Lamballe-Pontorson) traversant le territoire d’Est en Ouest, qui relie aujourd’hui l’A84 (Nantes-Rennes-Caen) et la RN 12.

    La D 795 permet de joindre Rennes via Combourg et la RN 137.

    La D 155, route touristique longe la Baie du Mont-Saint-Michel et permet d’atteindre via Pontorson le Mont-Saint-Michel. C'est à Cherrueix que les touristes venant du Mont voient la mer pour la première fois.

    - Une gare TGV à Dol de Bretagne :

    Le TGV Paris/Saint-Malo (2h15 d’ici 2015) dessert Dol de Bretagne (arrêt pour le Mont-Saint-Michel)

    Le réseau ferré permet des liaisons avec Dinan, Caen, Rennes et Saint-Malo.

  • Le marais - Roz-Landrieux

    Le marais - Roz-Landrieux

    Un relief hétérogène

    Avec une altitude qui s’étire entre des points situés au dessous du niveau de la mer (zone du marais noir) à des zones pouvant dépasser les 100 m (sud de la commune d’Epiniac).

    Le pointement granitique du Mont-Dol culmine à 65 m et domine la zone des marais.

    Un paysage diversifié

    Une zone littorale,

    Une zone de marais,

    Le relief de l’arrière pays appelé « le terrain » est vallonné et découpé par le Guyoult et ses affluents. C’est une zone de bocage, de vallées boisées, de zones de bas fond.

    Un climat doux mais humide

    La moyenne des précipitations du Pays de Saint-Malo est comprise entre 660 mm et 730 mm.

    En moyenne 20 à 30 jours de gel, 130 jours de pluie et 20 jours avec une température supérieure à 25°C.

    Un territoire marqué par l’eau

    Le Marais de Dol concerne 120 km2. Il se partage entre le marais blanc constitué de tangue ancienne (105 km2) et le marais noir au sol de tourbe (15 km2). Un réseau de canaux et de biefs de 350 km fut créé pour évacuer les eaux de surface. L’entretien et la gestion en sont assurés par l’Association Syndicale des Digues et Marais, créée en 1799.

    Le réseau hydrographique du territoire est très dense. Le Guyoult est un petit fleuve côtier. Son bassin versant couvre 105 km2. Il parcourt 23 Km depuis sa source à Cuguen jusqu’à Dol, puis il est endigué pour la traversée des marais de Dol jusqu’aux portes à flot du Vivier-sur-Mer qui gère l’évacuation des eaux.

  • Peinture de Mathurin MEHEUT - Mont-Dol

    Peinture de Mathurin MEHEUT - Mont-Dol

    Une occupation humaine ancienne

    Les traces de vie remontent à – 70 000 avant JC (période de glaciation du Würms). La toundra recouvre le territoire et on note la présence de mammouths au Mont-Dol.

    L’occupation humaine remonte à la Préhistoire. Certains vestiges préhistoriques (menhirs, cairns, tumulus, …) témoignent d’une occupation humaine qui remonterait à la période mégalithique (- 4 000 à – 2 000).

    En – 2 500 la mer envahit le marais de Dol (sur l’emplacement de l’antique forêt de Scissy).

    Le rocher granitique du Mont-Dol domine le marais, comme ses deux voisins le Mont- Saint-Michel et Tombelaine, il était un lieu consacré au culte des divinités celtiques (Mithra).

    Des traces de l’époque gallo-romaine sont encore visibles par endroit : ancienne voie de Corseul à Avranches qui traverse la partie Sud de Baguer-Pican, …

    Une zone attractive

    Les Hommes ont toujours su que les terrains de la Baie où s'amassaient le limon des fleuves et les sédiments marins étaient d'une fertilité remarquable. On assiste ainsi depuis le Moyen-Age à un aménagement de cette zone littorale. Édifiée à partir du XIème siècle, la Digue de la Duchesse Anne s’allonge sur plus de 20 kilomètres.

    Le dénoiement du marais fut néanmoins réalisé par étapes. Durant le Moyen-Age, des travaux sont entrepris mais c'est à partir du XVIIIème siècle que les plus grandes conquêtes sur la mer sont réalisées. A la fin du XVIIIème siècle, on réussit à éliminer les eaux ennoyant les parties les plus basses des marais. Ainsi furent progressivement gagnés à la culture 16 000 ha de terrains d'une fertilité exceptionnelle.

    Jusqu’au XIXème siècle, le Vivier-sur-Mer fait partie des principaux ports de la Baie, on y retrouve les traces d’un important commerce maritime mais l’activité portuaire est en déclin au début du XXème siècle à cause du développement du transport ferroviaire. La mytiliculture dans la Baie du Mont-Saint-Michel se développera dans la seconde moitié du XXème siècle.

    Le rôle prépondérant de l’Evêché de Dol

    En 525, Saint-Samson arrive du Pays de Galles pour évangéliser le territoire. Il y fonde un ermitage ou monastère et joue un rôle déterminant ; c’est un chef religieux, politique voire militaire.

    Le Xème siècle voit l’établissement de colons scandinaves et des invasions de vikings.

    Dol est le plus ancien Evêché breton. En 848, Nominoë se serait fait sacrer Roi de Bretagne à Dol de Bretagne. Il en fait un archevêché. Dol sera pendant 3 siècles la capitale religieuse de la Bretagne. L’Evêché comptait à la veille de la Révolution 44 paroisses autour de Dol dont les communes de la Communauté  et une cinquantaine d’enclaves en Bretagne. Les Evêques de Dol ont attiré de nombreuses congrégations religieuses, un séminaire, une école. La vie religieuse et économique y étaient très importantes. La vigne était cultivée à Dol dès le XIIème siècle.

    Dol était une des 42 villes de Bretagne qui députaient aux Etats de la Province sous l’Ancien Régime.

    La période de la Révolution a vu la suppression de l’Evêché et la région de Dol a été le siège de combats meurtriers durant la première chouannerie (Virée de Galerne des vendéens en 1793).

    C’est après la Révolution que s’organisent administrativement les communes

    Dol est érigée chef-lieu de District en 1790.

    Au XIXème siècle, l’arrivée du chemin de fer à Dol redynamise l’économie locale.

  • Moulin de la Higourdais-Epiniac

    Moulin de la Higourdais-Epiniac

    Le patrimoine naturel du territoire est marqué par la diversité de ses paysages, du littoral au bocage en passant par les marais. De nombreux sentiers de randonnée sillonnent ces paysages. Le Parc de la Higourdais à Epiniac est le véritable « poumon vert » du territoire.

    Dol de Bretagne, Cité médiévale, présente un intérêt historique notoire, en particulier avec la Cathédrale Saint-Samson. Le Tertre du Mont-Dol offre un point de vue panoramique sur le marais de Dol et la Baie du Mont Saint Michel, à couper le souffle ! Comme la pratique de l’escalade … Le char à voile à Cherrueix est de renommée internationale.

    La Maison de la Baie au Vivier-sur-Mer permet de découvrir l’activité mytilicole et le milieu naturel de la Baie. La pêche à pied est une pratique courante dans la Baie, à faire absolument ! Le Domaine des Ormes à Epiniac propose un golf 18 trous, un parc aquatique, un centre équestre, un camping, des cabanes dans les arbres ...

    Des fêtes estivales gastronomiques sont organisées annuellement : Fête de l’Ail à Cherrueix, Fête des Moules au Vivier-sur-Mer.